Polars d'Alain

  • « Gloria et moi avions été prévenus par des vieux routiers que la seule façon de tenir le coup jusqu'au bout dans un marathon de danse, c'était d'utiliser au mieux ces pauses de dix minutes grâce à une méthode précise : apprendre à manger son sandwich tout en se rasant et en se faisant soigner les pieds, apprendre à lire les journaux en dansant, apprendre à dormir sur l'épaule de son ou de sa partenaire ; mais tout cela, c'étaient des trucs de métier qui demandaient de l'entraînement. »

  • Jackson est le gars le plus candide d'Harlem, pour ne pas dire demeuré. Et dans le coin, il y a un tas de dégourdis qui commencent par lui étouffer son pognon. Sa petite amie, Imabelle, une fille superbe à la peau couleur de banane, l'entube comme c'est pas permis. Enfin, son frère, qui est bonne soeur dans le civil, cherche aussi à le posséder. Seulement Jackson, lui, c'est un bon chrétien. Y a que la foi qui sauve et il a tout à fait raison de croire aux miracles.

  • Joe Lon est un sale type qui a grandi aux côtés d'une soeur folle et d'un père brutalisant ses chiens. La mère a disparu. Les potes se défoncent, attendent le soir et cherchent dans les excès un espoir d'ailleurs qui ne vient pas. Joe Lon est leur meneur égaré qui, un jour, pour écrabouiller l'ennui, noya dans le fleuve un voyageur perdu. Il habite désormais le camping avec ses deux gosses et tabasse sa femme. Joe Lon attend comme une bombe, caresse ses crotales et maudit l'univers. Un jour, il le sait, Berenice reviendra. Ce jour sera celui de la foire aux serpents. De purs déjantés arriveront de partout. La fête sera folle et ce sera la mort, l'hystérie et le sang. Berenice, alors, le capturera de nouveau de son regard d'absinthe et tout redeviendra possible : le pire, la passion brute, ce qui n'arrive qu'avec elle et fascine pourtant...

  • Depuis que le maire Elihu Wilsson leur a demandé de l'aide pour briser les grèves de mineurs, les truands règnent en maître à Personville.
    Son fils Don, patron de presse, fait appel au célèbre détective de l'Agence Continental Op pour y mettre un terme. Mais Don est assassiné avant d'avoir pu lui parler... Avec des méthodes aussi expéditives que celles des criminels, le détective s'emploie alors à nettoyer la ville gangrénée par la corruption, le chantage et le vice.

  • La première fois que Marlowe vit Terry Lennox, visage jeune et cheveux blancs, il était fin soûl dans une Rolls Royce Silver Wraith. La fille à ses côtés, chevelure d'un magnifique blond vénitien, sourire vague aux lèvres, portait sur les épaules un vison si prestigieux que, près de lui, la Rolls ne semblait plus qu'un tacot de série. Cette amitié spontanée de Marlowe pour cet ancien commando au charisme énigmatique amène le privé à passer des frontières que son métier rendait a priori infranchissables. Terry Lennox n'a pas fini de le surprendre. S'il est innocent des crimes dont on l'accuse, il est aussi le centre d'un jeu mortel où la tragédie triomphe sans égale.

  • Le malaise des cadres, c'est pas rien ! Vous avez femme, enfants, bagnole, télé, et voilà que vous vous sauvez. Tout ça parce que deux rigolos essaient de vous flinguer. Et vous savez même pas pourquoi. Un jour, camarade, il faudra quand même comprendre.

  • Au début du siècle, cinq personnes sont massacrées à coups de couteau dans une auberge de Haute-Provence. En 1920, un survivant croit découvrir les coupables, mais deux d'entre eux, un nouveau riche et le propriétaire d'un moulin à huile, sont assassinés à leur tour avant que Séraphin ait pu accomplir sa vengeance.
    Le justicier Monge entreprend alors de démolir la maison maudite de fond en comble...

  • Mygale

    Thierry Jonquet

    Ève? Qui est-elle? Qui est Richard Lafargue, l'homme qui la promène à son bras dans les soirées mondaines puis l'enferme à double tour dans une chambre ? Pourquoi ce sourire subtil sur les lèvres de la jeune femme et autant de rage si mal contenue sur les traits creusés de son compagnon? Pourquoi vivre ensemble si c'est pour se haïr avec tant de passion? Drôle de couple...
    Quel incompréhensible passé lie ces deux êtres hors du commun qui se cachent la plupart du temps derrière les murs de leur villa si tranquille?

  • Une patrouille de police tire sur une voiture, à Roissy-Charles-de-Gaulle, tuant le conducteur. La bavure est manifeste, mais le climat créé par la vague d'attentats terroristes qui secouent alors Paris pousse les différentes hiérarchies à travestir la réalité.
    La raison d'État se substitue à la recherche de la vérité. Le passager de la voiture, Yves Guyot, tentera de lutter contre l'évidence imposée. Pour cela, il devra aller jusqu'à Bamako, à la recherche du seul témoin du crime, l'un des cent un Maliens parqués au dernier étage d'un hôtel de l'aéroport, juste avant leur expulsion par charter.

  • Eric Moore a toutes les raisons apparentes d'être heureux : propriétaire prospère d'un magasin de photos et d'une jolie maison dans une petite ville sans problème de la côte Est, il mène une vie de famille épanouie auprès de sa femme Meredith et de son fils Keith, un adolescent de quinze ans. Cet équilibre parfait va pourtant voler en éclats à jamais.
    Un soir comme les autres, ses voisins demandent à Keith de garder Amy, leur fille de huit ans. Au petit matin, Amy est introuvable. Très vite, l'attention de la police se porte sur Keith et ce dernier, pataud et mal dans sa peau, se défend maladroitement.
    Du jour au lendemain, Eric devient l'un de ces parents qu'il a vus, à la télévision, proclamer leur foi dans l'innocence de leur enfant. Alors que l'enquête de la police se recentre autour de Keith, Eric doit lui trouver un avocat et le protéger contre les soupçons croissants de la communauté. Mais est-il tout à fait sûr de l'innocence de son fils? Si Keith était coupable, et s'il était prêt à répéter son geste... Quelle devrait être alors la responsabilité d'un père?
    Les feuilles mortes est le récit d'une confiance brisée et celui des efforts héroïques d'un homme pour retenir coûte que coûte les liens qui l'unissent à tous ceux qu'il aime.

  • Tape-cul

    Joe R. Lansdale

    Hap Collins se sent vieux, picole et squatte honteusement chez son pote Leonard qui n'en peut plus de ses chaussettes immondes. Le roi de la baston végète dans un job de videur et n'est même pas foutu d'emménager avec sa nouvelle amie pourtant belle comme un coeur. C'est la déprime. Aussi, lorsque sa fiancée lui demande de sortir sa propre fille des pattes d'un maquereau, Hap embarque immédiatement Leonard pour se refaire une santé. Facile pour ces deux-là qui en ont vu bien d'autres! La promenade, pourtant, tourne au vinaigre. La gosse a été revendue à un gang de bikers totalement fêlés du casque qui campe juste derrière la frontière mexicaine. Un pays charmant sans doute pour les crotales, les tueurs, les fous ou les multinationales. Un enfer pour les autres...

  • Nord

    Frederick Busch

    «Voilà Jack, l'ancien flic qui dans Filles enquêtait sur la disparition d'une adolescente, de retour chez lui, dans le nord de l'État de New York. Désormais déchu au rang de vigile dans un complexe hôtelier de la côte de Caroline, il se voit proposer par une avocate qu'il sauve des griffes d'un gigolo un travail du genre de ceux qu'il a autrefois pratiqués : rechercher son jeune neveu parti se mettre au vert sans plus donner de nouvelles dans un coin perdu du nord de l'État. Ce travail pourrait bien donner à Jack un second souffle, mais revenir sur les lieux de son passé et tenter de retrouver les disparus va aussi signifier pour lui affronter le silence et les non-dits qui le rongent depuis tant d'années.
    Entre polar et drame psychologique, violence et compassion, le récit de cette confrontation avec la part d'obscurité et de souffrance que recèle toute vie humaine donne progressivement à l'enquête la nécessité d'une quête. À la puissance dramatique des événements, et l'art consommé avec lequel ils sont orchestrés, s'ajoute l'intensité de la langue dans laquelle tout est raconté : cette langue à la fois tenue et immédiate qui est celle de Jack, homme aux aguets mais de peu de mots, tough guy vulnérable et sensible dans la lignée des héros hemingwayiens. Frederick Busch signe ici un dernier roman d'une force rare, qui le place parmi les plus grands.» Stéphanie Levet.

  • Crime

    Meyer Levin

    • Libretto
    • 13 Septembre 2011

    Le récit se fonde sur un fait divers qui défraya la chronique dans les Années Folles. En 1924, deux étudiants surdoués issus de la riche bourgeoisie de Chicago assassinent un jeune garçon dans des circonstances qui vont faire frémir la prude Amérique. Les meurtriers, persuadés d'avoir commis un crime parfait (puisque parfaitement gratuit), multiplient les provocations à l'endroit de la police. Et se feront bêtement prendre. Meyer Levin, qui fréquentait à l'époque le même collège qu'eux et jouait les reporters d'occasion pour payer ses études, avait mené à leurs côtés son enquête dans l'ombre, essayant de « comprendre » ces deux esprits dévoyés. Publié trente ans après les faits, à l'heure où l'Amérique découvrait une nouvelle forme de violence (La Fureur de vivre est de 1955), Crime se vendra à plusieurs centaines de milliers d'exemplaires et sera traduit dans le monde entier - puis disparaîtra dans les coulisses de ce théâtre d'illusion où se font et se défont (provisoirement) les gloires. La critique l'avait salué comme un nouveau Crime et Châtiment. Sans aller jusque-là, on peut affirmer qu'il s'agit de l'un des récits « criminels » les moins convenus de la littérature de ce siècle.Crime de Meyer Levin, best-seller américain des années 50 (dont on tira un film avec Orson Welles) est à relire comme un classique.

  • Le dernier baiser

    James Crumley

    À la demande de son ex-épouse, le privé C.W. Sughrue se lance sur la piste d'un romancier en cavale. Il le retrouve sans trop d'efforts dans un bar décati de Californie, où l'écrivain se soûle à la bière, un bulldog alcoolique à ses pieds. Consciente de sa chance, la barmaid le charge d'une nouvelle enquête : retrouver sa fille Betty Sue qui s'est volatilisée dix ans auparavant. Sughrue a envie d'un peu de compagnie, il embarque donc romancier et bulldog dans son périple. Sans prévoir sa fascination grandissante pour la disparue ni les ramifications sans fin de cette affaire où tous semblent se jouer de lui.

  • Casco bay

    William G. Tapply

    Sept ans après le mystérieux accident qui avait effacé sa mémoire, Stoney Calhoun a repris sa paisible existence de guide de pêche, partagée entre la boutique de la belle Kate Balaban et sa cabane isolée dans les bois du Maine. Jusqu'au jour où, sur une île inhabitée de Casco Bay, il découvre un cadavre carbonisé. Peu de temps après, le client qui l'accompagnait est assassiné. Malgré ses réticences, Calhoun est entraîné dans l'enquête du shérif Dickman et ses vieux réflexes reviennent. Casco Bay, la deuxième aventure de Stoney Calhoun, nous amène une nouvelle fois dans les paysages maritimes du Maine qui laissent peu à peu resurgir les fantômes d'un passé menaçant.

  • évasion

    Benjamin Whitmer

    1968. Le soir du nouvel an, douze détenus s'évadent de la prison d'Old Lonesome, dans le Colorado. Les radios crépitent, lancent l'alerte. Une véritable machine de guerre se met en marche et embrase les habitants de la petite ville. Gardiens de prison et flics, journalistes et vieilles connaissances, tous se joignent à la chasse à l'homme. Séparés, les évadés suivent des pistes différentes en pleine nuit et sous un blizzard impitoyable. Très vite, une onde de violence incontrôlable se propage sur leur chemin.

  • D'une plume économe qui claque dans les dialogues, Burnett boucle en 300 pages l'irrésistible ascension d'un petit truand habité par l'hubris, devenu caïd en peu de temps et redescendu de son piédestal sans avoir vraiment compris ni pourquoi, ni comment. Rico Bandelli, truand narcissique, impassible et buveur de lait, a pris la place de Sam Vettori, puissant chef d'un gang italien de Chicago, en maniant sans trembler son automatique et en faisant preuve d'un sang froid peu commun en toute circonstance. Rien ne l'atteint. Bientôt il agrandit son territoire en prenant le contrôle de la contrebande d'alcool, du jeu et de la prostitution dans tous autres les secteurs de la ville. Rien ne lui résiste, à part un policier irlandais décidé lui faire payer la mort d'un de ses collègues à l'occasion d'un hold-up mouvementé. Ce qui fait l'originalité de Little Caesar, c'est que l'action est décrite du point de vue des criminels dans un style dépourvu de tout habillage psychologique et néanmoins à l'écoute des sentiments humains.

  • Seigneur de la frontière américano-mexicaine, Art Keller, agent de la DEA, l'a juré sur la tombe de son adjoint : il emploiera tous les moyens, légaux ou illégaux, pour mettre un terme au trafic qui inonde son pays. Face à lui, Adán Barrera règne sans partage sur les sicarios.

    Ni la justice ni la foi ne veulent plus rien dire.

    Seul l'instinct s'impose : celui qui tue, celui qui sauve.

  • Cartel

    Don Winslow

    2004. Adán Barrera, le chef du cartel le plus puissant du monde, ronge son frein dans une prison californienne tandis qu'Art Keller, l'ex-agent de la DEA qui a causé sa chute, veille sur les abeilles dans un monastère.

    Quand Barrera s'évade, reprend les affaires en main et met la tête de Keller à prix, la CIA et les Mexicains sortent Art de sa retraite car lui seul connaît intimement le fugitif.

    Corruption, violence et politique : les ennemis de toujours s'affrontent dans un duel sans merci.

  • La frontière

    Don Winslow

    Art Keller est recruté par le sénateur O'Brien pour aider le cartel de Sinaloa à se débarrasser d'une organisation rivale sanguinaire. Au cours d'une rencontre arrangée, les deux dirigeants des organisations criminelles sont assassinés, mais Art Keller souhaite poursuivre la lutte contre ces groupes mafieux. Dernier volume de la trilogie.

  • Jay Porter emmène sa femme faire un tour en bateau sur la rivière. Mais la douceur de cette soirée en amoureux vole en éclats lorsqu'ils entendent des cris et des coups de feu. Sans vraiment réfléchir, Porter se jette à l'eau pour sauver une jeune Blanche de la noyade. Nous sommes à Houston, Texas, en 1981 ; Jay Porter est noir, avocat, ancien militant pour les droits civiques et ne veut surtout pas d'ennuis...

    «Inspiré pour partie par une histoire vraie, Marée noire - premier roman de l'Américaine Attica Locke - révèle une romancière surdouée, qui n'a pas peur des sujets ambitieux.» Baptiste Liger, Lire

  • Louise Morvan, détective privé, a ses quartiers dans un bar du canal Saint-Denis.
    Son dernier client, un évêque richissime, l'envoie au Japon pour surveiller les mauvaises fréquentations d'un neveu expatrié. Entre yakusas, manieurs de sabres, interprètes écervelées, hommes politiques désabusés et antiquaires véreux, le choc culturel est à la hauteur du dépaysement attendu.

  • Loin de sa circonscription, Adamsberg va accepter d'aller enquêter dans un village normand terrorisé par les superstitions et les rumeurs sauvages.

  • Avril 2001. Dans la cave d'une ferme miteuse, au creux d'une vallée isolée couverte d'une forêt dense, un homme est enchaîné. Théo, quarante ans, a été capturé par deux frères, deux vieillards qui ont fait de lui leur esclave. Comment a-t-il basculé dans cet univers au bord de la démence ? II n'a pourtant rien d'une proie facile : athlétique et brutal, Théo sortait de prison quand ces vieux fous l'ont piégé au fond des bois.
    Les ennuis, il en a vu d'autres. Alors, allongé contre les pierres suintantes de la cave, battu, privé d'eau et de nourriture, il refuse de croire à ce cauchemar. II a résisté à la prison, il se jure d'échapper à ses geôliers.

empty