Organisation Des Nations Unies Pour L'alimentation Et L'agriculture

  • La neuvième édition du rapport biennal Situation des forêts du monde, publié au seuil de 2011, proclamée Année internationale des forêts, se penche sur le thème "Changer les voies, changer les vies : les forêts des voies multiples vers le développement durable". Elle adopte une approche plus globaliste des multiples façons dont les forêts étayent les moyens d'existence. Les chapitres réunis pour cette édition de la Situation des forêts du monde mettent en exergue quatre domaines clés qui méritent une plus grande attention: les tendances régionales des ressources forestières, le développement durable du secteur forestier, l'adaptation aux changements climatiques et l'atténuation de leurs effets, et enfin la valeur locale des forêts. Examinés ensemble, ces thèmes donnent un aperçu de la véritable contribution des forêts à la création de moyens d'existence durables et à la réduction de la pauvreté.

  • Les normes du Codex pour les fruits et légumes frais et textes apparentés comme le Code d'usages en matière d'hygiène pour les fruits et légumes frais sont publiés dans ce volume compact afin de faciliter leur utilisation et leur meilleure connaissance par les gouvernements, les autorités chargées de l'application des règlements, les industriels et les détaillants et les consommateurs. Cette première édition comprend des textes adoptés par la Commission du Codex Alimentarius jusqu'en 2007. La Commission du Codex Alimentarius est un organisme intergouvernemental de plus de 170 membres, relevant du Programme mixte FAO/OMS sur les normes alimentaires tel qu'établi par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Le résultat principal du travail de la Commission est le Codex Alimentarius, un recueil de normes alimentaires, lignes directrices, codes d'usages et autres recommandations adoptés au niveau international avec l'objectif de protéger la santé des consommateurs et d'assurer des pratiques loyales dans le commerce alimentaire.

  • Il y a près de trois ans, les dirigeants du monde approuvaient le Programme des Nations Unies pour le développement durable à l'horizon 2030 et ses 17 objectifs de développement durable (ODD), qui allaient devenir le cadre central d'orientation des politiques de développement du monde entier. La présente édition de La situation des forêts du monde s'attache à nous faire mieux comprendre comment les forêts et la gestion durable de celles-ci contribuent à la concrétisation de plusieurs de ces ODD. Il sera bientôt trop tard pour les forêts du monde: nous devons désormais travailler de façon intersectorielle, rassembler les diverses parties intéressées et agir vite.

    La situation des forêts du monde 2018 envisage les mesures qui pourraient être prises pour améliorer la contribution des forêts et des arbres et sans lesquelles il est difficile d'accélérer les progrès en direction des ODD. Il est devenu essentiel d'agir pour instaurer une collaboration plus efficace avec le secteur privé et de transformer le secteur forestier informel pour accroître les avantages économiques, sociaux et environnementaux qu'il procure.

    Il y a 70 ans, alors que la FAO achevait sa première évaluation des ressources forestières du monde, la préoccupation majeure était de savoir si l'offre de bois d'oeuvre serait suffisante pour satisfaire la demande mondiale; aujourd'hui, nous sommes conscients que nos forêts et nos arbres présentent un intérêt bien plus grand à l'échelle de la planète. Pour la première fois, le rapport sur La situation des forêts du monde 2018 fournit une évaluation de la contribution des forêts et des arbres à nos paysages et à nos moyens d'existence.

    Cette publication vise à permettre à un public beaucoup plus large de comprendre en quoi les forêts et les arbres sont si importants pour les personnes, la planète et la postérité.

  • Dans son édition de 2018, La situation mondiale des pêches et de l'aquaculture donne un coup de projecteur sur le rôle des secteurs de la pêche et de l'aquaculture dans la réalisation du Programme de développement durable à l'horizon 2030 et des objectifs de développement durable, et mesure les progrès déjà accomplis. L'accent est mis en particulier sur la contribution de la pêche continentale et de la pêche artisanale et sur l'importance d'une gouvernance axée sur les droits, source d'un développement équitable et inclusif.

    Comme dans les éditions précédentes, le rapport s'ouvre sur une analyse mondiale des tendances suivies par les secteurs de la pêche et de l'aquaculture: production, stocks, transformation et utilisation, échanges commerciaux et consommation. Cette analyse, qui s'appuie sur les statistiques officielles les plus récentes, s'accompagne d'un examen de la situation mondiale des flottilles de pêche, de l'action de l'homme dans le secteur et de la gouvernance de la pêche et de l'aquaculture. Les deuxième, troisième et quatrième parties sont consacrées à la biodiversité aquatique, à l'approche écosystémique de la pêche et de l'aquaculture, aux incidences du changement climatique et aux stratégies suivies, à la contribution du secteur à la sécurité alimentaire et à la nutrition humaine ainsi qu'aux questions liées au commerce international, à la protection des consommateurs et à des chaînes de valeur durables. Il est également question de la lutte contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée dans le monde, des préoccupations liées à la pollution marine et des efforts déployés par la FAO pour améliorer les données sur les pêches de capture. Enfin, le rapport donne un aperçu des perspectives du secteur, notamment des projections à l'horizon 2030. Comme toujours, La situation mondiale des pêches et de l'aquaculture vise à fournir des informations objectives, fiables et actualisées à un large éventail de lecteurs - décideurs publics, gestionnaires, scientifiques, parties prenantes et plus généralement toute personne s'intéressant aux secteurs de la pêche et de l'aquaculture.

  • Cette quatorzième édition conjointe des Perspectives agricoles de l'OCDE et de la FAO présente des projections sur les principaux produits agricoles, les biocarburants et la pêche. Elle comprend un chapitre spécial sur les perspectives et les enjeux auxquels seront confrontés les secteurs agricole et halieutique dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord.

    Les marchés agricoles mondiaux ont considérablement évolué depuis la flambée des prix alimentaires de 2007-08 : la production a fortement progressé, tandis que la croissance de la demande a commencé à ralentir. Dans la décennie à venir, les prix agricoles réels devraient rester bas, du fait d'une augmentation réduite de la demande mondiale de produits destinés à l'alimentation humaine et animale. De manière générale, les exportations nettes augmenteront dans les pays et régions riches en terres, notamment dans les Amériques. Les pays dotés de ressources naturelles limitées, où l'expansion de la production est lente et dont la croissance démographique est forte connaîtront une hausse de leurs importations nettes. D'après les projections, la dépendance à l'égard des importations devrait s'accroître en particulier dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord où la rareté de l'eau et des terres arables pèse sur la production agricole.

    Les projections et les tendances passées sont présentées dans l'annexe statistique du rapport et peuvent être consultées en détail à l'adresse http://dx.doi.org/10.1787/agr-outl-data-fr.

    Des informations complémentaires sont disponibles en ligne sur www.agri-outlook.org4.

  • La précédente édition de ce rapport (2017) a montré que les échecs de la lutte contre la faim dans le monde étaient étroitement liés à l'exacerbation des conflits et de la violence dans différentes régions du monde. On constatait aussi que dans certains pays, les données initiales donnaient à penser que les phénomènes liés au climat avaient des répercussions sur la sécurité alimentaire et la nutrition. L'édition de 2018 va plus loin. Elle montre que la variabilité du climat et les extrêmes climatiques - même en l'absence de conflit - sont des facteurs clés de la récente progression de la faim dans le monde et l'une des principales causes de crises alimentaires graves et de leurs impacts sur la nutrition et la santé. La variabilité du climat et l'exposition à des phénomènes climatiques plus complexes, plus fréquents et plus intenses menacent de rogner les acquis en matière de lutte contre la faim et la malnutrition, voire d'inverser la tendance. On constate aussi que la faim est beaucoup plus présente dans les pays dont le système agricole est très sensible aux précipitations, à la température et aux sécheresses graves, et dont une part importante de la population tire ses revenus de l'agriculture.

    Le présent rapport fait le point des nouveaux défis qu'il faudra relever pour éliminer la faim, l'insécurité alimentaire et la malnutrition sous toutes ses formes. Il est urgent d'accélérer et de porter à une plus grande échelle l'action pour le climat afin de renforcer la résilience et la capacité d'adaptation des populations et de leurs moyens d'existence face à la variabilité du climat et aux extrêmes climatiques. Ces considérations, et d'autres conclusions, sont détaillées dans L'État de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde 2018.

  • L'état de l'insécurité alimentaire dans le monde sensibilise sur les problèmes liés à la faim dans le monde, analyse les causes profondes de la faim et de la malnutrition et suit les progrès accomplis en direction des objectifs de réduction de la faim fixés lors du Sommet mondial de l'alimentation en 1996 et du Sommet du Millénaire. Il vise un large public, notamment les responsables politiques, les organisations internationales, les institutions scientifiques et universitaires et les citoyens dans leur ensemble, en examinant en particulier les liens entre sécurité alimentaire, développement humain et développement économique. Le nombre de personnes victimes de la faim dans le monde s'établit à 795 millions - soit 216 millions de moins qu'en 1990-92 -, ce qui équivaut à 1 personne sur 9, d'après la dernière édition du rapport annuel des Nations Unies L'état del'insécurité alimentaire dans le monde 2015.

  • El maiz ha siempre desempenado un papel fundamental en la seguridad alimentaria de gran parte de la población mundial. La demanda de maiz para la alimentación animal se espera que aumente significativamente en los próximos anos. Para hacer frente a esta demanda, los agricultores en los trópicos deberan mejorar la producción y la productividad del maiz. La presente obra ha sido preparada por especialistas en maiz, ex investigadores del Centro internacional de mejoramiento de maiz y trigo. La publicación presenta el estado actual del conocimiento sobre mejoramiento del maiz tropical y ofrece información basica para el desarrollo continuado de este cultivo. Su lectura sera particularmente útil para los investigadores y especialistas en desarrollo agricola que trabajan en el mejoramiento de la producción de maiz en los trópicos y en los subtrópicos.

  • Les insignes des nations Unies visent à sensibiliser, éduquer et surtout motiver les jeunes à changer leurs comportements pour devenir des agents actifs du changement dans leurs communautés locales. Les insignes peuvent être utilisés dans les écoles et dans les groupes de jeunes.
    Ils sont recommandés par l'AMGE et l'OMMS. Ils comprennent un vaste éventail d'activités et d'idées qui peuvent aisément être adaptées par les professeurs ou les responsables. D'autres insignes sont déjà disponibles ou en préparation sur des sujets tels que : l'agriculture, la biodiversité, le changement climatique, l'énergie, les forêts, la faim, l'alimentation, les océans et les sols. L'insigne de l'eau a été élaboré comme un outil éducatif destiné à faire comprendre le rôle fondamental que joue l'eau pour la vie sur notre planète, ainsi que pour notre bien-être. Il fait réfléchir aux divers facteurs qui peuvent avoir un impact sur les ressources en eau. Il suggère comment utiliser l'eau de la façon la plus efficace et motive les jeunes à l'économiser et à s'engager aussi dans les efforts visant à améliorer l'accès équitable à l'eau potable.

  • Le rapport 2012 sur la Situation des forêts du monde se concentre sur le rôle central joué par les forêts dans les systèmes de production et de consommation durables. Dans cette dixième édition, qui marque un jalon, il est opportun d'avoir un regard rétrospectif pour chercher à comprendre le rôle important des forêts et de la foresterie dans la construction du monde moderne.

  • Les systèmes d'inspection et de certification officiels et officiellement reconnus sont un élément fondamental très largement utilisé du système de contrôle des denrées alimentaires. La confiance des consommateurs dans la sécurité sanitaire et qualité de leurs denrées alimentaires dépend en partie de leur meilleure connaissance de l'efficacité de ces systèmes comme mesures de contrôle des produits alimentaires. Une part substantielle du commerce international des denrées alimentaires repose sur l'utilisation de systèmes d'inspection et de certification. À l'issue de la Conférence FAO/OMS sur les normes alimentaires, les substances chimiques dans les aliments et le commerce des produits alimentaires de 1991, la Commission FAO/OMS du Codex Alimentarius a commencé à élaborer des documents d'orientation, à l'intention des gouvernements et autres parties intéressées, sur les systèmes d'inspection et de certification des importations et des exportations alimentaires. Cette cinquième édition comprend des textes adoptés par la Commission du Codex Alimentarius jusqu'en 2011.

  • In vivo conservation encompasses a range of actions that can be taken to ensure the survival of livestock breeds or populations that are threatened with extinction. These guidelines address both in situ conservation (supporting the continued use of threatened breeds in the livestock production systems where they have traditionally been raised) and ex situ conservation (maintenance of populations at sites such as conservation farms and zoos). As well as providing a wealth of information on breeding strategies for small at-risk populations, the guidelines provide advice on how to develop an effective and well-targeted national conservation strategy.

  • Les ressources génétiques forestières (RGF) sont les matériaux transmissibles entretenus au sein des espèces d'arbres et de plantes ligneuses ou entre ces espèces, qui possèdent une valeur économique, environnementale, scientifique ou sociétale actuelle ou potentielle. Alors qu'elles jouent un rôle crucial dans l'adaptation et la protection de nos écosystèmes, de nos paysages et de nos systèmes de production, elles sont soumises à des pressions croissantes et font l'objet d'une exploitation non viable. Lors de sa 11e session de juin 2007, la Commission de la FAO sur les ressources génétiques pour l'alimentation et l'agriculture a souligné l'urgente nécessité de conserver et d'utiliser durablement les ressources génétiques forestières, et elle a inclus un rapport sur L'État des ressources génétiques forestières dans le monde dans son Programme de travail pluriannuel. Sur la base des informations et des connaissances compilées par la FAO pour l'établissement de ce rapport, cette commission a élaboré un Plan d'action mondial pour la conservation, l'utilisation durable et le développement des ressources génétiques forestières, adopté par la Conférence de la FAO lors de sa 38e session en juin 2013. Ce Plan d'action mondial définit 27 priorités stratégiques regroupées en quatre domaines. 1. Amélioration de la disponibilité de l'information sur les RGF et de l'accès à celle-ci. 2. Conservation des RGF (in situ et ex situ). 3.
    Utilisation durable, développement et gestion des RGF. 4. Politiques, institutions et développement des capacités. La mise en oeuvre de ce Plan d'action mondial renforcera la viabilité de la gestion des RGF tout en contribuant à la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement, de l'agenda post- 2015 et des Objectifs d'Aichi pour la biodiversité. Si la responsabilité première de cette mise en oeuvre incombe aux gouvernements, la FAO s'est fermement engagée à appuyer les efforts des pays allant dans ce sens, en collaboration avec les gouvernements et avec d'autres partenaires aux niveaux national, régional et international, et conformément au Cadre stratégique révisé de la FAO approuvé par ses États Membres. De fait, le Plan d'action mondial est partie intégrante des initiatives de la FAO visant à réaliser son deuxième objectif stratégique, « rendre l'agriculture, la foresterie et la pêche plus productives et plus durables ».

  • The designations employed and the presentation of material in this information product do not imply the expression of any opinion whatsoever on the part of the Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO) concerning the legal or development status of any country, territory, city or area or of its authorities, or concerning the delimitation of its frontiers or boundaries. The mention of specific companies or products of manufacturers, whether or not these have been patented, does not imply that these have been endorsed or recommended by FAO in preference to others of a similar nature that are not mentioned.

  • Ce rapport, préparé comme une source d'informations pour les pays membres de la FAO et pour une distribution générale, présente les projections pour la période 2001/2002 à 2005/2006 de l'offre et de la demande en engrais azotés, phosphatés et potassiques du monde.

  • Les contraintes auxquelles les petits producteurs et productrices font face pour accéder au marché et améliorer leurs revenus sont bien connues et faciles à énumérer. Ce sont les solutions et leur mise en oeuvre qui restent un défi. La situation est très similaire dans un grand nombre de pays en voie de développement, avec des défis particulièrement importants en Afrique. En effet, un des obstacles majeurs à un développement agricole intégrateur et inclusif est la mise à jour des organisations des producteurs et productrices. En Afrique de l'Ouest et du Centre en particulier, la plupart des organisations souffrent d'une faiblesse structurelle, d'une gouvernance inadaptée et d'un manque de capacité endogène pour fonctionner de manière autonome et fournir les services économiques nécessaires à leurs membres. Dans la plupart des cas ces organisations restent fragiles et trop dépendantes d'appuis extérieurs. Ce rapport décrit une nouvelle méthodologie appelée GAIN développée par le Département du Développement Économique et Social de la FAO sous la direction de Aziz Elbehri, Économiste Principal à la FAO. L'objectif principal de cette méthodologie est de fournir un outil diagnostic efficace permettant d'amorcer un changement structurel et endogène au sein d'une organisation de producteurs et productrices. Quatre principes phares guident la méthodologie GAIN : la bonne gouvernance, l'autonomie économique, l'intégration des capacités avec les approches et leur objectifs, ainsi que la priorité donnée aux besoins internes de l'organisation. Par ailleurs, en suivant une approche participative et itérative, la méthodologie GAIN permet de combiner un diagnostic interne de l'organisation avec une analyse de son environnement immédiat dans le but de lancer l'organisation dans un processus d'autonomisation économique progressive, de lui permettre de répondre au besoins économiques des membres et de pouvoir jouer un rôle dynamique dans l'économie rurale locale.

  • Oeuvrant sans relâche en direction des objectifs du Millénaire pour le développement, la communauté mondiale doit également faire face à d'autres défis urgents et complexes tels que la crise économique généralisée et les effets du changement climatique. C'est pourquoi le rapport de cette année sur La situation mondiale des pêches et de l'aquaculture met particulièrement en relief le rôle essentiel que jouent les pêches et l'aquaculture, tant pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle que pour la croissance économique. Ce secteur reste en effet l'une des principales sources de protéines animales de grande qualité, sans compter qu'il fait vivre plus de dix pour cent de la population mondiale et contribue à leur bien-être. Le commerce international du poisson a atteint de nouveaux sommets et la production globale ne cesse de progresser. Pourtant, il ne faut pas perdre de vue qu'une multitude de problèmes, allant d'une gouvernante insuffisante à des pratiques contraires à la durabilité environnementale, menacent de fragiliser la contribution précieuse de ce secteur à la lutte contre la faim et la pauvreté.


    Le rapport de cette année, se fondant sur les statistiques les plus récentes sur les pêches et l'aquaculture, livre une analyse de la situation et de l'évolution du secteur à l'échelle mondiale. Sont également abordées des questions connexes plus générales, notamment la problématique hommes/femmes, la préparation aux situations d'urgence et l'approche écosystémique des pêches et de l'aquaculture. Un choix d'études apporte un éclairage sur un certain nombre de sujets, qui vont de l'étiquetage écologique aux effets des politiques de gestion des pêches sur la sécurité de la pêche en passant par la certification.
    Enfin, le lecteur est invité à un tour d'horizon sur les possibilités et les difficultés qui se présenteront aux pêches de capture au cours des prochaines décennies.

empty