Pu De Rennes

  • Couleurs

    Collectif

    Les couleurs : pour un petit, c'est une notion abstraite difficile à assimiler. Mais, grâce au talent de David Carter et ses bébêtes, cela devient réellement très rigolo d'apprendre à reconnaître les couleurs. Ce livre est un véritable arc-en-ciel qui déclenchera des éclats de rire chez les petits comme les grands !

  • À l'heure du village planétaire et de la remise en cause des réseaux sociaux, la nouvelle question proposée aux concours de recrutement de l'enseignement secondaire nous invite à réfléchir aux relations qu'entretiennent la culture, les médias et les formes de pouvoir aux États-Unis et en Europe occidentale au cours d'une période de mutations matricielle. De la fin de la Seconde Guerre mondiale à la dislocation de l'URSS en 1991, l'Occident s'est construit face au "bloc de l'Est", non seulement par ses orientations idéologiques mais aussi par ses choix culturels.

    Parlement[s] contribue à la préparation de cette question en proposant une vingtaine de sources commentées par des spécialistes. À travers un panel diversifié - affiches, films, actualités filmées, séries télévisées, bandes dessinées, magazines, textes normatifs, essais d'intellectuels, etc. - ce numéro permet d'étudier les vecteurs, acteurs, contenus et pratiques de la culture de guerre froide, de la culture de masse et de son américanisation. Il met en outre l'accent sur les contestations et les contre-cultures, ainsi que sur les politiques culturelles mises en oeuvre à diverses échelles. Le lecteur curieux comme le candidat au concours y trouveront des approches originales sur des enjeux toujours d'actualité.

  • Les territoires foisonnent : nouveaux périmètres régionaux, regroupement de communes, simplification de la carte intercommunale, etc. Dans un contexte économique globalisé mais aussi de décentralisation accentuée, les acteurs des territoires ont intégré une exigence, voire une injonction : leur territoire doit être identifié, lisible et référencé afin de négocier leur positionnement vis-à-vis des autres territoires. Comment se réalise dès lors la fabrication des territoires ? Les démarches à l'oeuvre sont-elles la consécration d'une prise en compte de la complexité et de la multi-dimensionnalité des territoires ou au contraire sont-elles animées par des logiques de simplification. L'ouvrage regroupe une sélection pluridisciplinaire d'articles émanant de chercheurs en sciences humaines et sociales. Chacun en se référant à des espaces géographiques et des problématiques variées propose d'interroger les processus contemporains de fabrication et d'instrumentalisation des territoires.

    L'ouvrage est coordonné par Christine Bougeard-Delfosse, maître de conférences en marketing, Vincent Boyer, maître de conférences en droit public, Leïla Damak, maître de conférences en marketing, Pascale Ertus, Docteure en Sciences de gestion, Florence Gourlay, maître de conférences en aménagement de l'espace et urbanisme, Claire Mahéo, maître de conférences en sciences de l'information et de la communication et Clément Marinos, maître de conférences en économie. Ils enseignent chacun à l'Université Bretagne-Sud.

  • S'appuyant sur une approche comparative, l'ouvrage explore les formes d'engagement politique des femmes sur plusieurs continents, notamment l'Amérique du Sud et l'Europe. Mêlant aux approches sociologique et historique l'étude du genre et les sciences politiques, les contributions dessinent différentes figures de l'activisme féminin au XXe et XXIe siècle. Militantes au sein de partis politiques, citoyennes, résistantes, guérilléras d'hier ou Femen d'aujourd'hui : à travers leur étude, l'ouvrage soulève la question de la place des femmes dans la communauté politique.

    Avec le soutien de l'UFR langues et études internationales de l'université de Cergy-Pontoise.

  • Le tubercule d'origine andine est devenu si commun qu'il est parfois décrit à l'aide d'images stéréotypées. Ce livre entend souligner que la pomme de terre est bien autre chose et veut essayer de brosser en quelques touches un panorama de sa place dans les civilisations. Enrichi d'un cédéaudio pour inclure une belle sélection de chansons dédiées à la pomme de terre, l'ouvrage permet donc de dépasser la simple étude d'une ressource potagère et d'une industrie agroalimentaire.

  • Cet ouvrage montre que Méliès s'attachait moins à inaugurer un nouvel art qu'à perpétuer par le truchement du cinématographe les pratiques culturelles que sont la lanterne magique, la caricature, le numéro de scène, le sketch magique, la pantomime, la féerie, etc. Ces actes du colloque de Cerisy (2011) sont suivis par une édition critique de la correspondance francophone de Méliès, réunissant près de deux cents lettres.

    Colloque de Cerisy.

    Avec le soutien du CCIC et de la fondation d'entreprise La Poste.

  • Spécialement conçu pour la préparation de la nouvelle épreuve de traduction du CAPES externe d'anglais assortie d'une explication de faits de langue, ce manuel s'adresse également aux étudiants de licence, de master et de l'agrégation. Il propose 12 textes de version et 12 textes de thème classés par ordre croissant de difficulté, leur traduction commentée et des explications approfondies sur des faits de langue spécifiques. L'activité de traduction et l'approche grammaticale et linguistique dialoguent et s'enrichissent mutuellement, permettant de fournir à l'étudiant une perspective éclairante sur la résolution des difficultés de traduction présentées par les textes.

  • Les premières journées transversales de l'UFR Sciences humaines de l'université Rennes 2, intitulées "Savoir, éducation, apprentissage aujourd'hui : regrads croisés en sciences humaines et sociales" sont à l'origine de cet ouvrage. Elles sont le fruit d'une année de réflexion entre sept doctorants issus de trois laboratoires : psychologie, psychopathologie et sciences de l'éducation. Le pari était de faire dialoguer ces champs discipliniares autour d'une même thématique - l'agentivité dans le domaine de l'éducation - avec comme volonté de proposer une expérience décloisonnée de la recherche. Les réflexions collectives menées ont conduit à une approche en "regards croisés", permettant d'introduire une discussion entre différents paradigmes.

    Cet ouvrage interroge : qu'est-ce que savoir, apprendre et éduquer dans notre modernité ? Cette question, actuelle en raison de transformations sociales vives, fait l'objet d'un intérêt partagé. Dans ce contexte, le caractère ontologique de la notion d'agency semble offrir diverses modalités de réflexion, notamment en sciences humaines et sociales. Interaction, action, acte, acteur, agent, mouvment, transaction : autant de termes qui parcourent cet ouvrage, pour contribuer à définir cette notion et à penser l'éducation, en croisant les regards.

  • Les études de cas réunies dans ce volume éclairent la réalité du travail occidental, entre les XIVe et XIXe siècles. La multiplication des jeux d'échelles et des types d'activités envisagés mettent en lumière la mosaïque de réalités et la mouvance du concept de temps de travail ; un concept sans cesse - et depuis longtemps - discuté dans nos sociétés occidentales.

    Avec le soutien de l'UPEM et l'EA 3350, l'UVHC et l'EA 4343.

  • Cet ouvrage revient sur l'histoire des peuples déportés du Caucase et de Crimée, sous un angle jusque là peu abordé, celui de la comparaison des déportations et de leurs impacts sur les situations politiques et sociales actuelles de ces peuples. Privilégiant une approche pluridisciplinaire, il mesure sur la longue durée les conséquences de ces déportations, leur actualité et leur traitement, leur héritage et leur mémoire dans le contexte postsoviétique.

  • Ce manuel donne les principales clés pour comprendre les formes du pouvoir et de l'exercice du pouvoir dans le monde musulman entre le Xe et le XVe siècle. Il suggère des pistes de réflexion et propose une bibliographie sur les différentes thématiques à considérer. Il couvre un temps long de six siècles et un espace extrêmement vaste (l'essentiel des terres d'Islam, al-Andalus, Maghreb, Égypte, Syrie, Hedjaz, Iraq jusqu'en 1258).

  • Cet ouvrage dresse un historique des « films sur l'art » et considère leur apport à l'histoire de l'art. À cette fin, les contributeurs convoquent des historiens de l'art préoccupés par l'intérêt de ces films (d'Erwin Panofsky à Pierre Francastel), des artistes et critiques d'art liant leurs disciplines au cinéma (comme Jean Cassou et Pierre Huyghe) ou des historiens d'art se faisant cinéastes (tels Carlo Ludovico Ragghianti et Luc Haesaerts). L'ouvrage envisage au-delà du cinéma les enjeux de tels films à la télévision, ainsi que l'art vidéo.

    Avec le soutien du programme spécifique de recherches, reconnu et financé par l'ANR : FILCREA.

  • Avec plus de 200 entrées rédigées par les meilleurs spécialistes, ce dictionnaire présente l'acteur dans ses composantes internes (la voix, le corps), dans ses interfaces (direction d'acteur, interprétation) et en tenant compte aussi de tout ce qui l'affecte, l'informe ou le déforme (la profession, les institutions, la mémoire culturelle, la société). Il réunit le théâtre et le cinéma et multiplie les approches - des plus récentes (les Gender Studies) aux plus classiques (l'esthétique, l'analyse dramaturgique), des plus sophistiquées aux plus empiriques.

  • Cet ouvrage présente pour la première fois dans sa totalité le patrimoine des verrières de l'Auvergne et du Limousin. Celles-ci sont presque toutes anciennes, comme les chefs-d'oeuvre du XIIe et du XIIIe siècle peu connus de Clermont-Ferrand et d'Aubazine. La période privilégiée, où la peinture sur verre occupe au sein des arts monumentaux une place magistrale, est la fin du Moyen Âge : la diversité des brillants vitraux de Moulins et des Saintes-Chapelles auvergnates, d'Eymoutiers et de Limoges constitue une révélation qui contribue à mieux évaluer les richesses dispersées dans les petits sanctuaires ruraux.

  • Ce livre analyse les discours « masculinistes », tels qu'ils s'affirment par exemple dans certaines organisations de pères divorcés. Côté scientifique, l'enjeu est clair : il s'agit de poursuivre le travail de déconstruction de la domination masculine en montrant que celle-ci n'a rien de naturel. Elle suppose des investissements et implique des coûts, pour les femmes bien sûr, mais également pour les hommes. Combinant prudence, rigueur et refus des tabous, ce livre revendique donc la vertu de l'insolence scientifique en posant la question des coûts des masculinités.

  • Expression irrationnelle des désirs et des passions, la vengeance ouvre la boîte de Pandore du cycle infini de la violence réciproque.
    Bien sûr, il lui arrive d'être vécue comme un plat qui, gagnant à être mangé froid, nécessite de dresser des plans et de bien calculer son coup. Mais elle se vit aussi comme un appel à une justice supérieure, au moment où la Justice se trouve comme prise en défaut à l'égard de ses propres exigences d'équité. Nos sociétés tendent parfois à ériger le système judiciaire en simple substitut de la posture vindicatoire, alors que le citoyen voit son désir de vengeance condamné comme une réaction affective privée prohibée.
    Aussi, afin d'en éclairer toute la complexité, historiens, philosophes, sociologues, psychologues cliniciens et psychanalystes, proposent ici une série d'analyses sur l'acte qui consiste à se " faire justice soi-même ". Ces analyses sont rassemblées dans quatre parties thématiques, successivement consacrées aux récits et discours de la vengeance, aux différentes formes du geste vindicatoire, à l'éventuel " genre " de la vengeance, et enfin aux différents univers - psychique en particulier - de l'action vengeresse.
    L'ambition du présent ouvrage est de penser et comprendre les vengeances d'hier comme celles d'aujourd'hui.

  • Cet ouvrage illustre le foisonnement récent des connaissances neuroscientifiques sur la musique et ses relations avec les structures langagières, sur le rôle et l'importance des émotions. Les principaux moyens d'investigation dans le domaine de la cognition musicale (comportemental, électrophysiologie, étude des activités cérébrales, stimulation par réseaux neuronaux) sont utilisés dans cette étude à la croisée de plusieurs disciplines : psychologie, psychologie cognitive psycholinguistique, neuropsychologie, neurosciences, musicologie.

  • Face aux institutions, les individus socialement disqualifiés sont habituellement perçus dans une vision schizophrénique, comme des « dominés » disposant tout au plus de tactiques de résistance. En proposant le concept d'« acteur faible », cet ouvrage entend ouvrir une réflexion nouvelle permettant de penser les conditions d'autonomie des individus pris dans des relations asymétriques. Constituer des causes, délier les langues, rendre les voix audibles : trois processus sont ainsi examinés, à la lumière d'études de terrain (travail social, école, logement, centres sociaux, prison.) qui éclairent le jeu complexe des luttes de reconnaissance, des politiques institutionnelles et des dispositifs de prise de parole.

  • Comment se protéger contre les aléas de l'existence ? Comment se prémunir contre la maladie, l'accident, la vieillesse ? Ces questions ont hanté la fin du XIXe siècle français.
    L'Etat comme la société préféraient alors s'en remettre à l'initiative individuelle, fondée sur l'épargne et la propriété, ou au paternalisme patronal. A la Belle Epoque très inégalitaire se protéger était plus important que protéger. Vertu d'autant plus cardinale qu'elle était peu partagée, la prévoyance libre n'en souffrait pas moins, dès avant 1914, des formes de protection obligatoire, réservées aux catégories les plus modestes.
    Les multiples bouleversements issus de la Première Guerre mondiale déterminèrent les pouvoirs publics à instituer des assurances sociales, liées au contrat de travail, et destinées par là même à préserver la force de travail : protéger devenait aussi nécessaire que se protéger. Or ce système, appelé à améliorer la santé générale de la population, fit couler beaucoup d'encre, suscita de fortes oppositions, heurta bien des esprits.
    C'est l'histoire de ces assurances, imaginées par la classe politique pour contenir les débordements des crises du premier XXe siècle, que ce livre raconte, en s'appuyant sur les résultats d'une enquête menée par les correspondants départementaux de l'Institut d'histoire du temps présent.

empty