Seli Arslan

  • Après l'urgence sanitaire, vient le temps de penser l'après-crise. Ce livre fournit des repères réflexifs sur les pratiques soignantes pour les acteurs du soin, les formateurs et les étudiants dans un contexte où de nombreuses questions éthiques ont émergé.
    La crise sanitaire due au coronavirus est venue bouleverser les pratiques soignantes, bien au-delà des services de réanimation ou d'hospitalisation. Tous les secteurs du soin, de l'accueil et de l'accompagnement ont subi les conséquences de la pandémie. Il a fallu agir dans l'urgence, faire face au défi de l'afflux de patients, continuer de soigner. Durant cette crise, les soignants se sont interrogés sur les fondements et les valeurs du soin.
    Après le temps de l'action peut venir celui de la relecture éthique des situations vécues. Les auteurs proposent leurs regards croisés, mêlant approches philosophiques et pratiques, sur les enjeux éthiques mis en exergue par la crise sanitaire. Sont ainsi abordées la question des droits des patients, celle des différents niveaux de crises traversés, qu'il s'agisse du corps malade, du système de soins, ou de l'environnement, ou la question des essentiels qui nous ont tant préoccupés. L'éthique du care a aussi été mise à l'épreuve, tandis que des processus décisionnels en matière d'accès à la réanimation ont dû être mis en place, non sans interrogations pour les soignants. Leur vécu de cette période est également abordé, à travers des entretiens qui ont révélé leurs réflexions sur le sens de leurs actions en conditions de travail exceptionnelles et les nombreux enjeux éthiques soulevés. Enfin, sont évoquées les répercussions de la crise en termes d'éthique pédagogique.
    Les professionnels, formateurs et étudiants confrontés à la crise sanitaire ont aujourd'hui besoin d'un soutien réflexif. Cet ouvrage leur fournit des repères sur les fondements du soin qui permettent d'envisager collectivement les perspectives pour le monde du soin.

  • Cet ouvrage aborde la notion de situation clinique au coeur de la formation des infirmières et médecins au travers :
    - des analyses de pratiques de retour de stages ;
    - de la mise en oeuvre du raisonnement clinique et du questionnement éthique ;
    - des mémoires de fin d'études, dont le point de départ est une situation d'appel vécue sur le terrain.

    Il fournit des repères théoriques pour développer avec les étudiants cette démarche d'analyse des situations vécues et envisager les répercussions sur leur futur exercice.
    Il s'appuie sur des cas concrets de situations, sur le mode « si c'était à refaire... ? ».

  • Cet ouvrage fournit des repères aux formateurs pour :
    - encadrer, former et accompagner les étudiants infirmiers en tenant compte des exigences de la profession d'infirmière ;
    - renforcer leur posture éthique ;
    - favoriser des pratiques pédagogiques justes et adaptées aux contraintes institutionnelles et du travail infirmier.

    Il aborde aussi bien :
    - des principes généraux pour accroître les possibilités d'apprentissage et de professionnalisation chez les étudiants (rapports au savoir, postures et styles des cadres formateurs, créativité dans l'accompagnement, etc.) ;
    - que des exemples fondés sur la pratique (modes de transmission des savoirs, usage du portfolio, de la simulation, etc.).

  • La nature et le contenu du travail des formateurs en soins infirmiers exerçant en institut de formation en soins infirmiers (IFSI) sont assez peu connus.
    Or, le rôle de ces cadres de santé de la fonction publique hospitalière est essentiel puisqu'il consiste à former des étudiants au métier d'infirmier(ère), profession paramédicale la plus importante en nombre. Après avoir retracé les origines de l'enseignement infirmier, l'auteur aborde l'évolution de la formation jusqu'à nos jours, en mettant en exergue la place et le statut des formateurs.
    L'étude des caractéristiques principales de ces professionnels et de leur activité, fondée sur une enquête sociologique, révèle leurs difficultés actuelles au quotidien. En effet, les formateurs sont confrontés aux profondes mutations de l'univers de la santé, et notamment aux récents changements intervenus dans le secteur de la formation hospitalière. Cette 2' édition révisée tient compte des conséquences pour les cadres formateurs du nouveau référentiel de formation infirmier.
    L'évolution continue des techniques demande en particulier aux formateurs une mise à jour régulière de leurs connaissances théoriques et pratiques. Ils ont aussi à négocier dorénavant avec leurs nouveaux partenaires d'enseignement que sont les universitaires et, sur les terrains de stage, les tuteurs et les maîtres de stage. Le contexte général des mutations dans le champ des études infirmières met les cadres formateurs au défi : ils devront s'adapter dans les années à venir pour conserver leur spécificité et mettre en avant leur savoir-faire unique en matière d'enseignement des soins infirmiers.

  • Qu'est-ce qui constitue l'essentiel de la pratique soignante ? Le contenu de cette pratique peut-il être défini par la parole ou même passé au prisme de l'écrit alors qu'il est si complexe, invisible car subtil ? Les auteurs de ce livre partagent leurs réflexions sur la confrontation de l'agir et du faire, étudient le rapport entre l'écriture et l'action, entre l'acte d'écrire et l'agir soignant.
    Tous soignants, certains exercent en tant que formateurs, enseignants, d'autres ont pris le chemin de la philosophie. Leur expérience de la pratique, de la formation, leur goût pour la réflexion philosophique leur permettent de relier constamment clinique et théorie, pratique et sens du soin. Ainsi, la démarche philosophique est utile pour cerner ce sens mais aussi pour se rendre compte que tout savoir quel qu'il soit, toute pratique quelle qu'elle soit n'a pas la capacité de démontrer seule ses propres principes.
    Par ailleurs, au plus près du terrain, les professionnels éprouvent de la difficulté à dire la complexité et la subtilité de leur pratique lors des transmissions et à écrire leurs activités dans le dossier de soins, et l'on peut alors se demander si l'écriture clinique infirmière est soluble dans les transmissions ciblées. De même, est-elle réductible dans un relevé d'actes ou de tâches qui semblent refléter si imparfaitement jusqu'à la dénaturer l'implication personnelle que requiert l'action soignante ? La relation de soin est empreinte de sensibilité et de singularité, celles du soigné et celles du soignant ; elle occasionne aussi des doutes et des questionnements.
    L'exercice de mise en mots de cette relation si particulière permet à la fois de l'éclairer et de révéler, par la difficulté même de l'exercice, l'ampleur de ce qui constitue un véritable art. L'action soignante ne peut ainsi se réduire à une succession d'actes de soins.

  • Les etrangers

    Collectif

    À une époque où l'on parle beaucoup des étrangers vivant en France, il était important de laisser ces derniers s'exprimer.
    Une trentaine d'entre eux - chacun ayant une nationalité différente - ont ainsi pu témoigner de leur expérience, certains résidant en France depuis plus de quarante ans, d'autres s'étant installés depuis un an à peine. Pour nombre d'entre eux, l'accueil a été plutôt rude, l'adaptation malaisée, mais beaucoup ont choisi de rester dans un pays qu'ils ont appris à connaître d'autant mieux qu'ils l'observent de l'intérieur.
    Leur point de vue est riche d'enseignements et permet de se faire une idée sur les capacités d'accueil de la France, ainsi que sur ses travers et ses qualités.

  • " Administrer en Afrique ", écrivait l'Administrateur des Colonies François de Coutouly reprenant à son compte une formule attribuée au Gouverneur Général Merlin, " c'est essentiellement se déplacer ".
    Peu nombreuse et dotée de moyens limités, l'administration française en Afrique Noire coloniale et à Madagascar s'attachait avant tout à établir le contact avec les populations dont elle avait la charge. Les administrateurs des colonies puis de la France d'Outre-Mer rayonnaient dans les circonscriptions administratives qui leur étaient confiées et dont ils étaient les Commandants. Placé à la tête d'un cercle, d'une subdivision, d'une région ou d'un district selon la terminologie locale, le Commandant ne le dirigeait pas depuis son bureau, mais partait à la rencontre de ses administrés au cours d'innombrables tournées.
    C'est à cet art du commandement en Afrique Noire coloniale et à son évolution qu'est consacré ce livre. Le Commandant en tournée permet ainsi, à travers la confrontation de documents d'archives, de récits d'administrateurs de la France d'Outre-Mer et du regard critique de l'historien, de mettre en lumière tout un pan de l'histoire de ce qui fut l'Empire puis l'Union et la Communauté française, liant en un passé commun la France, l'Afrique Noire et Madagascar.


  • l'évolution de la médecine actuelle suscite espoirs et interrogations, qu'il s'agisse des avancées de la génétique, de la réflexion sur les pratiques de soin, du traitement de la douleur, des soins palliatifs, ou des méthodes d'élaboration de la décision médicale.
    la répartition des responsabilités évolue aussi, conduisant à recourir de plus en plus à la décision légale et juridique. l'individu, lui, est haussé au premier plan des valeurs, au sommet des principes gouvernant les choix de vie, mais soumis en même temps à des normes collectives toujours plus pressantes. les auteurs de ce livre, philosophes, médecins, juristes ou sociologues, par leurs lectures plurielles, complémentaires et enrichissantes, embrassent les aspects les plus divers de la réalité de la vie tout en laissant transparaître l'inépuisable force d'invention et de renouvellement de la liberté humaine.
    dans cette réalité complexe, la réflexion éthique se creuse. sont questionnés en profondeur les comportements quotidiens individuels ou collectifs, et les enjeux fondamentaux de la vie humaine de la naissance à la mort. l'urgence est aujourd'hui à la recherche d'une sagesse et d'une prudence, donnant à chacun les éléments d'une éthique réfléchie, concrète, nourrie d'une mémoire lucide et attentive au possible.



  • le sentiment de bien-être des personnes âgées vivant en institution et les facteurs qui peuvent ou non l'optimiser, compte tenu des nombreuses et inévitables frustrations liées à leur état de santé et à la vie en collectivité, sont au coeur de cet ouvrage.
    pour traiter cette question, les auteurs, universitaires et professionnels, s'appuient sur leurs pratiques d'accompagnement, d'intervention, de formation ou de recherche, ainsi que sur des observations au sein d'institutions d'hébergement, et des entretiens réalisés avec des personnes âgées. d'une réflexion philosophique sur le bonheur et ses liens avec le vécu subjectif du temps chez les résidents âgés aux représentations des professionnels de l'accompagnement sur la maltraitance et la bientraitance, le questionnement se déploie autour de l'importance du sentiment de chez-soi, des enjeux identitaires propres à cette étape de vie dans un contexte d'hébergement, de la qualité de l'accueil institutionnel du résident et de ses proches, de l'importance de prendre en compte leurs souhaits et leurs habitudes, de l'enjeu d'une communication dans laquelle chacun des partenaires trouve son compte.
    toutes les facettes de ce questionnement renvoient à un défi au quotidien à la fois pour les accompagnants (professionnels, proches) - comment préserver, améliorer la qualité de vie des résidents âgés ? - et pour les personnes âgées - comment s'adapter à une réalité nouvelle, celle de l'hébergement, en y puisant des ressources pour leur sentiment de bien-être oe.

  • Découvrez L'être humain dans les pratiques soignantes - Favoriser l'émergence du sujet, le livre de Gerta Fryns. De tout temps, les soins ont concerné des personnes malades ou dépendantes, ce qui a pu conduire, au sein des établissements, à proclamer qu'elles représentent le "centre des préoccupations". Cependant, il est urgent de poser la question du sujet. Cette notion désigne à la fois l'être humain, sujet de son existence, dont la singularité ne peut être mise entre parenthèses, et la recherche de sens, capacité qui inclut une dimension collective, sociale. Or, le sujet risque toujours plus de se voir submergé par la logique technoscientifique comme par les impératifs économiques et financiers. Cet ouvrage cherche à analyser les processus historiques, sociétaux et politiques qui ont pu mener à cette situation. Les auteurs s'appuient sur des analyses sociopolitiques pour chercher à comprendre les rapports entre le sujet soigné ou soignant et les institutions, mais aussi la façon dont peuvent s'opposer, dans les milieux de soins, un modèle où l'objectif de rationalité économique ou bien d'objectivation scientifique prédomine, et un modèle de principe humaniste, soucieux de respecter l'être humain. Ce livre s'adresse aux soignants, cadres de santé, formateurs et à tous les autres travailleurs du domaine de la santé et du social. Il les invite à prendre du recul sur les différentes formes de pratiques et à tenter de les faire évoluer.

  • Le travail social constitue une des réponses que les sociétés démocratiques apportent aux effets non désirés du développement économique : isolement des individus, fragilisation de certaines catégories de la population, précarisation de groupes sociaux.
    La compréhension sociologique de ces phénomènes observés peut être mise au service des acteurs de terrain. C'est dans cet esprit que les auteurs de ce livre, universitaires, formateurs et travailleurs sociaux, confrontent des orientations théoriques et des modèles de pratiques relatifs à des domaines diversifiés du travail social, telles la socialisation, l'intégration, la stigmatisation ou les conséquences de l'assignation identitaire.
    Les apports théoriques ainsi proposés aux formateurs, praticiens de terrain et étudiants en travail social visent à renouveler les cadres de référence indispensables à l'action.

  • Depuis la loi du 2 janvier 2002, les établissements et services sociaux et médico-sociaux sont tenus de mettre en place une évaluation interne.
    Les référentiels qualité constituent la pierre angulaire de ce dispositif d'évaluation. Cet ouvrage propose des référentiels et une méthode d'évaluation interne co-construits par des usagers, des professionnels des établissements et services (instituts médico-éducatifs [IME], instituts médicoéducatifs et professionnels [IMPro], instituts thérapeutiques éducatifs et pédagogiques [ITEP], services d'éducation spéciale et de soins à domicile [SESSAD], établissements et service d'aide par le travail [ESAT]) et les cadres d'une Direction départementale des affaires sanitaires et sociales (DDASS).
    Il montre comment des cultures professionnelles différentes peuvent se retrouver autour du sentiment d'oeuvrer ensemble pour la qualité des prestations et le respect des personnes accompagnées. La construction collective de référentiels permet de dépasser la séparation traditionnelle entre le savoir détenu par le groupe des savants et le savoir-faire réservé à ceux qui le mettent en oeuvre. Cet ouvrage s'adresse aux usagers et à leurs familles.
    Sa réalisation a été vécue comme une formidable occasion de prise de parole de leur part. Nous savons désormais que les usagers peuvent être évaluateurs des pratiques des professionnels et qu'ils jouent ce rôle avec enthousiasme pour peu que l'occasion leur en soit donnée. L'ouvrage s'adresse aussi aux professionnels des établissements et aux autorités de contrôle qui trouveront là l'occasion d'approfondir le sens de leur mission et d'oeuvrer concrètement pour les valeurs qui les animent.

empty