Pu De Quebec

  • L'objectif de cet ouvrage est la présentation d'informations empiriques sur le loisir moderne, sous forme d'une synthèse elle-même doublée d'une analyse sociologique fondamentale et critique. Il s'agit en quelque sorte d'un traité de sociologie empirique adapté au loisir moderne. Notre ambition est même plus large : cet ouvrage porte en fait sur l'étude empirique de la société québécoise telle qu'on peut l'observer à travers le prisme du loisir moderne. Une nouvelle lecture de la société est rendue possible si l'on est attentif aux multiples facettes révélées par le loisir : mythes et rituels, évolution des valeurs et des comportements, usages sociaux du temps, rapports entre les générations, nouveaux rapports au travail, dynamiques familiales, vie culturelle locale, médias et industries culturelles.
    />

  • Le domaine culturel a connu une série de mutations auxquelles doivent s'adapter ses usagers et ses artisans?: changements technologiques, industrialisation, mondialisation. Sommes-nous si différents, sur le plan culturel, de ceux qui nous précèdent et de ceux qui nous suivront?? Cet ouvrage vise à mieux comprendre la relation entre la culture, les pratiques culturelles et les générations.

  • Mieux comprendre les fondements et les perspectives des entreprises et des organisations culturelles, voilà la tâche que se sont assignée les auteurs en s´intéressant aux domaines du livre, de l´enregistrement sonore, du cinéma de long métrage, du multimédia, des bibliothèques publiques et des musées.

  • Plus il y a un rapprochement entre la quête identitaire de l´étudiant et son programme de formation, meilleures sont les chances de réussite. C´est la conclusion à laquelle est arrivé l´auteur qui nous montre l´influence tangible de la pratique d´activités parascolaires sur la réussite personnelle et scolaire des étudiants.

  • Au Québec, entre le loisir commercial et le cocooning, se déploient, dans la communauté et sur la place publique, des institutions publiques et des milliers d'organismes de la société civile collaborant pour permettre aux Québécoises et aux Québécois de vivre des expériences de loisir et aux communautés de se développer. Tous, à un moment ou à un autre, participent à une fête, inscrivent leurs enfants dans une équipe sportive, fréquentent un parc ou parcourent une piste cyclable, donnent bénévolement un coup de main à une troupe de théâtre amateur ou à l'organisation d'un tournoi de soccer ou font valoir leurs besoins et leurs droits en matière de loisir. A travers près de 50 expériences et autant de brèves références à des pratiques de terrain, cet ouvrage illustre le modèle public et civil que le Québec et les Québécois utilisent dans leurs pratiques de loisir. Il en présente la mission, les valeurs, certains principes, les ressources utilisées, les défis importants qui le confrontent et les lieux de convergence et de collaboration qui permettent à ce modèle de se vivre et de se construire.

  • Depuis des temps immémoriaux, le loisir a existé sous les formes du jeu, de la tête, de la vie contemplative, créative ou récréative et, d'une façon générale, de la consommation de l'abondance lorsque cette dernière a pu être obtenue ou réalisée.
    Élément majeur d'un mode de vie pour les nantis et les classes privilégiées, épiphénomène plus ou moins occasionnel pour les masses dominées ou laborieuses, il acquerra graduellement un droit de cité plus étendu pour devenir, avec le XXe siècle, un droit humain reconnu et constituer une dimension relativement structurante de nombreux aspects de la vie personnelle, sociale, économique, culturelle et sociopolitique des temps modernes.
    Ce faisant, le loisir accroît sans cesse la gamme des modes et styles de vie accessibles sur base de droit et d'exercice des libertés reliées à la citoyenneté, malgré et avec les forces sociales intéressées à son orientation et à sa programmation. Il s'inscrit de plus en plus comme un élément incontournable du développement culturel, sans oublier les considérations économiques et politiques dont il est aussi l'objet, de même que les questionnements éthiques que sa présence suscite.
    Michel Bellefleur nous présente ici une analyse critique de l'évolution contemporaine du loisir comme phénomène particulier d'une civilisation en marche malgré tous ses avatars, mais néanmoins ouverte à une quête constante de liberté, de tolérance, d'hédonisme ou d'eudémonisme, ainsi que d'une qualité de vie à construire.

  • Toute une série de craintes et de problèmes, mais aussi d'attentes et de promesses, sont soulevés au Québec et ailleurs dans les pays occidentaux au sujet de la question du temps hors travail. L'auteur présente dans cet ouvrage une sociologie générale, englobant à la fois celle du temps libre, du loisir, du jeu et du sport, qui peut être déployée dans ce vaste champ d'investigation qu'est la sociologie du temps hors travail, propre à la fois à restructurer les assises théoriques et renouveler les recherches empiriques.

  • Quelles sont les principales tendances dans l'emploi du temps et comment évolue la structure des temps sociaux? En parallèle, comment les pratiques culturelles se sont-elles transformées au cours des 25 dernières années?

    L'auteur s'appuie ici sur de grandes enquêtes nationales et internationales pour répondre à ces questions en traitant de la place des médias, des nouveaux rapports au temps scolaire et de l'avènement d'une certaine «civilisation du loisir» avant d'aborder les questions du temps familial, du temps parental ainsi que certains aspects des pratiques culturelles chez les enfants.

  • Après avoir présenté l'état de la situation, les auteurs redéfinissent le rôle de la municipalité ainsi que celui des citoyens et de leurs associations et proposent un nouveau mode d'offre de services qui respectent les impératifs de la gouvernance et de l'administration publique.

    Ils examinent ensuite les différents concepts qui soutiennent cette nouvelle politique: le loisir public, la qualité de vie, le service public, la communauté locale, l'action en réseau et la participation des citoyens.

  • Un ouvrage de synthèse unique sur l'histoire du loisir au Québec. Du loisir familial et communautaire du Québec rural traditionnel au loisir moderne organisé (chasse et pêche, parcs et réserves, tourisme, sports, activités culturelles, mass média, etc.), l'auteur explique comment, par suite de la Révolution tranquille, les organisations qui ont vu le jour ont permis que se développent les différents types de loisirs, que des programmes de formation soient mis au service des personnels et que les milieux éducatifs s'y intéressent. En outre, l'implication de plus en plus importante de l'État dans les orientations et l'élaboration des politiques est expliquée en détails. Le lecteur trouvera donc une analyse exhaustive expliquant les tendances actuelles en loisir.

  • Le tourisme représente, à l'échelle mondiale, une importante activité économique qui inclut une forme de tourisme axée sur la nature que l'on nomme tourisme vert, tourisme alternatif ou encore « écotourisme ». Mais comment résoudre la dilemme que pose la croissance constante de ce type de tourisme, sans nuire à son propre développement ni menacer l'environnement où il progresse ? Comment établir un équilibre entre les intérêts écologiques et les intérêts socioéconomiques dans un projet écotouristique ?

    Cet ouvrage présente un éclairage sur les « logiques d'action » et les stratégies des acteurs intéressés par un projet commun. Il souligne les principales dimensions intangibles de la planification - savoir-faire, appartenances, valeurs sociales, etc. - que l'on retrouve dans un projet de développement touristique régional et avec lesquelles il faudra composer dans la recherche d'un équilibre entre les intérêts convergents et les intérêts divergents des différents acteurs.

    En analysant l'implantation du Parc marin Saguenay - Saint-Laurent dans une perspective multidisciplinaire, Marie Lequin explique comment la gouvernance et l'écotourisme résultent de la négociation entre les objectifs du développement durable et ceux du développement régional dans un contexte de démocratie participative. Le modèle générique qu'elle propose permet d'élargir le champ d'application de l'écotourisme non seulement à des territoires protégés mais également à des projets écotouristiques émanant du secteur privé.

  • Comment peut-on faire une lecture critique de la société à travers l'étude du loisir moderne ? Telle est l'une des questions fondamentales de cet ouvrage. Non pas que des phénomènes «nouveaux» apparaissent soudainement, mais bien parce qu'on peut mieux comprendre la société si l'on est attentif aux multiples facettes que nous révèle le loisir, comme l'évolution des valeurs et des comportements, les usages sociaux du temps, les rapports culturels entre les générations, les nouveaux rapports au travail, les dynamiques familiales et le temps libre, la vie culturelle locale, les modalités d'appropriation des médias et les dimensions éducatives du loisir. Cette deuxième édition, revue et mise à jour, tient compte des plus récents sondages. Plusieurs chapitres ont fait l'objet d'une importante réécriture, par exemple ceux sur les pratiques culturelles, l'emploi du temps et les usages des médias et de nouveaux chapitres, sur le mythe, le jeu et le rituel, ont été ajoutés.

  • Le seul ouvrage en français à traiter des aspects méthodologiques de la planification des équipements de loisir et des espaces verts. L'auteur y présente une démarche pour mieux circonscrire les problèmes, préciser et analyser les demandes des groupes ou des collectivités et finalement proposer des aménagements adéquats.

empty