Oeuvres complètes Tome 2 (IMPRESSION A LA DEMANDE)

À propos

Boris Vian (1920-1959) passa comme un météore au milieu de notre siècle, laissant une trace éblouissante, énigmatique et inspiratrice. Dressé dans sa jeunesse insolente et éternelle, chantre des délires et des merveilles, alchimiste fécond du langage et des formes, messager audacieux de l'imaginaire, il nous offre des milliers de pages (roman, poésie, théâtre, critique, etc...) inspirées par la poésie des extrêmes et témoignant d'une volonté farouche de créer et de partager.
Cette oeuvre énorme, méconnue ou mal jugée du vivant de l'auteur, mais consacrée désormais par la gloire populaire, la voici pour la première fois rassemblée en quinze volumes, en un ordre à la fois générique et chronologique, avec un texte plus fidèle à l'écriture originelle. Cette collection, hommage éclatant à un écrivain majeur, propose aux lecteurs d'entrer dans le XXIe siècle avec des rires et des larmes, la conscience d'une apocalypse intime démentie par l'opiniâtre joie de vivre.

Oeuvres romanesques 2 Deux chefs-d'oeuvre et un grand Sullivan (1947-1949). Très vite, Vian a formé son style pour organiser le jaillissement de son inspiration. L'Écume des jours fonde sa gloire depuis les années soixante, fiction née du jazz, de la jeunesse immortelle et pourtant de la mort implacable. Dans Les Fourmis, la farce surgit du drame, le grinçant croise le poignant, l'humour froid tient à distance les émotions. Les morts ont tous la même peau reprend le thème du racisme aux U.S.A. avec ses conséquences destructrices ; il est complété d'une nouvelle qui célèbre l'union d'Éros et Thanatos.
Gilbert Pestureau L'Écume des jours Les Fourmis Les morts ont tous la même peau Les Chiens, le désir et la mort


Rayons : Littérature > Romans & Nouvelles


  • Auteur(s)

    Boris Vian

  • Éditeur

    Fayard

  • Distributeur

    Hachette

  • Date de parution

    24/10/2019

  • Collection

    Litterature Fra

  • EAN

    9782213716756

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    552 Pages

  • Longueur

    23.5 cm

  • Largeur

    15.3 cm

  • Épaisseur

    2.9 cm

  • Poids

    757 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Boris Vian

1920-1959
Boris Vian passe son enfance à Ville-d'Avray, dans une famille aisée, menacée pourtant de ruine. Sa jeunesse, riche en "surprises-parties" et en canulars, le prépare à une activité multiforme. Il sera ingénieur, romancier, trompettiste, chroniqueur musical, chanteur, auteur dramatique, comédien... Sachant dès son plus jeune âge sa vie menacée par des problèmes cardiaques, il voudra vivre intensément et s'épuisera.
En 1939, il entre à l'Ecole Centrale et en sort ingénieur. Il travaille alors à l'AFNOR. A partir de 1947, il est animateur des cabarets de Saint-Germain-des-Près et trompettiste dans l'orchestre de jazz de Cl. Abadie.
En 1944, il rencontre Queneau et termine son premier roman, Vercoquin et le plancton. Trois ans plus tard, sa jeune carrière d'écrivain se poursuit par un scandale avec l'édition de J'irai cracher sur vos tombes signé Vernon Sullivan et "traduit de l'américain". Succès public mais très mauvaises critiques. Il finira par avouer qu'il est l'auteur de ce roman et sera traduit en justice pour "attentat aux moeurs par voie de livres". En 1950, il est condamné à quinze jours de prison avec sursis...
Il traverse alors des moments difficiles où il croit avoir raté sa vocation littéraire. En 1956, il est directeur artistique chez Philips, Fontana et aux disques Barclay. Il est aussi l'auteur de plus de quatre cents chansons. Il meurt pendant l'avant-première d'un film tiré de J'irai cracher sur vos tombes. C'est après sa mort que sa réputation de grand écrivain s'est affirmée.
Dans son univers romanesque, l'herbe est rouge, les paupières repoussent quand on les taille et un nénuphar fait mourir une jeune fille. Ce monde est régi par une logique poussée jusqu'à l'absurde et l'invention verbale ne semble pas avoir de limite. Mais la mort rôde, acceptée en général avec indifférence. Non violent, le "déserteur" se refuse seulement à tuer, sans aigreur ni colère.
Il fut également Premier Equarrisseur et finalement Satrape du célèbre Collège de 'Pataphysqiue dont l'idée revient à Jarry. Proche du Surréalisme, Boris Vian n'appartient pourtant à aucune école littéraire.

empty